Télé réalité et Blogs : kif kif bourricot

Comme le mérite est court-circuité, banalisons le banal, ça nous divertira un peu de temps. Voilà pourquoi la télé réalité a encore son heure de gloire. J’ai dit « a encore » car depuis peu, il y a les blogs pour faire mieux. De nouveaux concepts encore timides, commencent à voir le jour sur la toile. Nous avons pour preuve l’opération des lapins DURACELL et Blogger secret story qui en sont apparemment à leur deuxième édition.

Je me rappelle que dans les années 2000, M6 était vilipendé par TF1 comme « télé poubelle » à la suite de la diffusion de Loft Story. Comme si TF1 faisait déjà mieux il y a huit ans… pardon, j’ai vainement tenté de réprimer mon envie de m’esclaffer.

Tout ceci était sans compter sur la perfidie d’Endemol qui, en effet, n’a cessé d’améliorer le concept. A l’origine des formats d’émission appelé dans le jargon « la cage à rats », Endemol peut aujourd’hui asseoir son succès à partir de cinq facteurs qui ont bien muris, toujours les mêmes et ce, quels que soient les thématiques de l’émission :

  • une présélection des candidats sur leurs profils psychologiques ou leurs personnalités, de manière à composer l’équipe qui va représenter la thématique de l’émission de télé réalité. Tous sont informés des démarches assimilées au jeu de l’exhibitionnisme et doivent accepter de se lier d’un intérêt économique avec la production, ainsi que de respecter une fameuse clause de discrétion totale conditionnée aux désagréments du litige économique. En contre-partie, ils devraient voir leur image sociale s’améliorer après leur passage devant la caméra ;
  • un environnement totalement ouvert et criblé de caméras, sans retranchement possible afin de les contraindre à la confrontation quotidienne avec les autres candidats ;
  • l’implication des spectateurs en les poussant au vote par le sms surtaxé. Une façon parmi tant d’autres de s’assurer de la fidélité des téléspectateurs et d’y gagner par la même ;
  • les injonctions lancées par les organisateurs ou le coach de l’émission afin de maintenir une activité télégénique et contraindre les candidats à la réactivité (en les impliquant dans des situations compromettantes par exemple, ou en orientant les personnalités vers le conflit) ;
  • le confessionnal face à la caméra qui oblige les candidats à livrer leur critique ou leur sentiment, essentiellement pour mettre en évidence les liens qui commencent à se construire entre eux, au mieux, assister à la naissance d’une idylle amoureuse. Affaire toujours très porteuse pour l’émission ;

Personne ne sera donc surpris de retrouver l’application de ce concept dans la trame de l’émission de téléréalité que vous connaissez. La clé de la réussite étant que le spectateur puisse toujours s’identifier aux candidats : des situations banales avec des gens ordinaires, tout comme vous et moi. A partir du moment où vous sentez que vous passez de l’autre côté de l’écran et qu’en quelque sorte, vous faites partie de l’émission, sachez que vous venez de tomber les deux pieds dedans. Le thon rouge que vous êtes devenu vient de mordre à l’hameçon !

Enfin voyons, prenons un peu de recul ! Après tout, ce n’est qu’un divertissement vous dites-vous. Comme tout effet de mode populaire, il y a pourtant des codes précis qui sont envoyés en fonction d’une demande. A l’autre bout, se trouvent ceux qui les consomment. Et pour les comprendre, il faut réussir à les décrypter afin de mieux appréhender leurs effets. Mais malheureusement, ceux qui dirigent le système les perçoivent bien avant nous. Nous ? Et bien oui quoi, nous, nous existons ! Pour peu que nous réagissions, nous existons. Reprenez s’il le faut.

Justement, il existe un livre qui vient de sortir aux éditions Jouvence : Le vrai visage de la téléréalité. L’auteur, Véronique Bouzou, une prof de français qui enseigne dans les collèges de banlieue réputés difficiles, pointe l’impact de la télé réalité qui impose insidieusement ses codes à la société toute entière : starisation, élimination de l’autre, voyeurisme exacerbé.

Elle tient ce constat plutôt alarmant : « La téléréalité engendre la violence scolaire ». Dans un interview accordé à 20minutes, elle ajoutera quelques autres réflexions qui portent à réfléchir.

– En début d’année scolaire, lorsque je demande à mes élèves ce qu’ils veulent faire plus tard, ils répondent «je veux devenir star». Star, en soi, ça ne veut rien dire ! (…) Ce sont les programmes de télé réalité qui engendrent cette formulation, car on n’y récompense pas le mérite mais des illusionnistes prêts à tout pour se faire connaître.

– La faiblesse du vocabulaire employé est flagrante. Tout est toujours «trop bien» dans la bouche des candidats. En classe, idem. Quand on étudie un texte en cours, il arrive que des élèves de 4e demandent le sens du mot «obscurité».

Or quand on supprime la richesse du langage, on supprime les concepts, et par conséquent, la pensée. C’est à ce moment qu’intervient la violence…

– Puisque les ados ne peuvent plus se défendre en argumentant avec des mots, ils s’insultent et en viennent au physique.

Ce que j’en pense, c’est qu’ils pourraient tous s’essayer au blog pour améliorer leur vocabulaire et diffuser leur image sur une vidéo hébergée sur youtube ou dailymotion . En voilà une bonne idée ! C’est vrai, je vous le concède. Je fais preuve de cynisme. Car au bout du compte, leur désillusion sera la même. La majorité des blogueurs qui rêvaient de starisation ont été déçus. Et je ne parle pas de ceux qui le sont devenus à l’insu de leur plein gré. Quant à la violence, elle est partout, même dans les mots. Il n’y a qu’à joncher les commentaires assassins laissés sur les blogs pour prendre connaissance de son ampleur. La violence est une conséquence. Elle se cultive, elle se répand. Elle existe parce que l’humain n’existe plus à force de le « contraindre à ». Il n’a plus d’issue alors il remet tout en question. Dès qu’il ne s’identifie pas à l’autre, il élimine, il détruit ce que les autres ont réussi à construire de mieux, peu importe ce que cela leur en a coûté. L’humain a perdu ses repères, ses vraies valeurs, ses véritables codes d’honneur. L’être humain a oublié qu’il s’enrichit au contact des différences et par le respect de ce que la Vie a bien voulu donné chacun autrement qu’à l’autre : la diversité. Ironie du sort, ils vont le chercher où ils semblent le trouver rapidement, à la télé, sur les blogs, etc… mais ils finissent par s’enliser.

Notre système et ceux qui manipulent à des fins perfides ne sont décidément pas ceux qui vont les aider, ça non… qu’ils aient une télé ou un blog, la réalité restera toujours celle de l’écran.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :